tout shoes




                                                                            





 


La Trisande          les pièces          l’ équipe          photos          presse         dates

le samedi 27 octobre 2012 à 14h30

au foyer Laurent Bouvier, Salaise-sur-Sanne

dans le cadre du festival jeune public de TEC

séance scolaire vendredi 26 à 14h30

le samedi 19 janvier 2013 à 20h

à Artphonème, Bourg-en-Bresse

sur l’invitation d’Emilie Borgo - Passaros

 
























TOUT SHOES, ou les aventures d’une calcéologiste …



Ce solo est né à la terrasse d’un café, un matin de septembre,  nourri d’une discussion entre femmes.

Une femme écrivain m’a dit " lors de mes lectures publiques, je ne lis jamais assise, mais debout et sur des talons aiguilles : pour sentir la fatigue et garder la voix vivante, voix vibrante ! "


C’est là qu’est apparu le premier personnage de la pièce : j’ai vu Billy Holiday dans sa robe noire, juchée sur des talons aiguilles aussi vertigineux que la présence intimidante du public invisible…

J’ai vu cette femme forte et magnifique dans son être féminin et vacillante dans son rôle public, dans sa difficulté à affronter l’exposition …


Et puis tous les autres sont arrivés avec eux aussi leur mots à dire, avec le besoin de faire danser mes pieds, de leur faire raconter leur histoire, la porte était ouverte ! J’ai vu arriver la jeune femme sur ses "baskets aiguilles"  mal menée par le dieu culte du sport et de l’apparence et qui essaye avec beaucoup de difficultés de se plier à la discipline.


J’ai vu « la femme pressée » au service de tous, qui coure qui coure pour accueillir les invités… elle, jamais pausée, ne s’entend jamais penser.

Et comme dans un conte surréaliste, j’ai vu débarquer la jeune fille aux souliers rouges, le petit poucet, cendrillon, l’ogre aux bottes de sept lieues, qui m’ont fait comprendre pourquoi ces chaussures avaient tant à dire !


Et puis Pina qui débarque avec ses bottes en caoutchouc ?! C’est la Baba Yaga des danseurs, celle qui initie la danseuse, à travers les épreuves de l’élue du Sacre, à libérer son être sauvage…

Et cette vieille dans son jardin avec ses pantoufles bleues ? Sido m’apprends le présent et la beauté des choses simples, elle se déchausse et pieds nus elle arrose ses plantes de toutes les couleurs.

Et si dans la boîte à chaussure vide mes pieds pouvaient dessiner une danse toute neuve, la mienne ?


J’ai mis mon corps et mes mouvements au service de toutes ces présences et chaque paire de chaussure écrit son voyage dans mon corps. Je passe d’un état de corps à l’autre, d’une danse à l’autre, jusqu’à incarner la danse que m’enseigneront mes propres pieds, mon histoire…


La chaussure, c’est à la fois, un code de représentation sociale qui peut être très cloisonné, mais aussi l’expression profonde de la mobilité, de l’autonomie, de la liberté.


    *Un calcéologiste (de calceo, soulier) est une personne qui collectionne les chaussures



Danse et écriture

Delphine Gaud


Complicité artistique, lumières et régie

Franck Besson


Costumes

Dominique Fournier



Production

La Trisande